Essayer

Un an pour prendre le temps de travailler, d'apprendre, un an pour donner le meilleur de moi-même. Me voilà sur les chemins qui ne mènent pas à Rome pour trouver de l'inspiration, et profiter de tous ces paysages, toutes ces rencontres pour me créer autant de possibilités de faire de beaux clichés.

Suivez-moi dans cette aventure, racontée en image ici, et littéralement sur mon site dédié. Plus que jamais, l'ensemble de mes photos reste disponible pour vous faire des tirages auprès de l'imprimeur Ooblik !

  /  Permalink  /  

Objectifs & background

Mes premiers contacts avec la photos remontent presque aussi loin que mes souvenirs : les photos m'ont toujours entourées. Naturellement, dans les années 80, les appareils ne sont alors pas encore de ces gadgets que l'on laisse entre les mains d'enfants (trop occupés à démonter les consoles de jeux de leurs grands frères), mais plutôt l'objet de toutes les attentions de leur possesseur, mon père en l’occurrence. De mémoire, je peux compter sur les doigts d'une main le nombre de pellicules argentiques dont je suis l'auteur, et encore : il reste des doigts ! Le temps passe, l'enfant devient un peu plus sage et peut commencer à jouer avec le D40 de papa, fraîchement convertit au numérique. Tout commence là pour moi : tenir un appareil me plait.

Quelques années plus tard, en 2008, loin du domicile familial, je m'équipe d'un D90 : déjà un nikoniste convertit, par facilité de retrouver mes marques avant tout. Mon entourage me pousse un peu, et l'envie de bien faire mixée à la curiosité m'amènent de fil en aiguille à tester les focales fixes. Je troque alors rapidement mon 18-200 polyvalent pour un 50mm f1.4, toujours à mes cotés aujourd'hui. Le rejoignent rapidement ses amis en 35mm et 105mm f2.8, ce dernier étant typé macro.

De clics en pixels, j'en arrive à renouveler mon boitier pour un D800 et à prendre le classique combo 16-35 f4, 24-70 f2.8 et 70-200 f2.8. Fidèle 50mm est là, tout petit en comparaison, mais toujours aussi fort face au poids lourd qu'est le grand 70-200. Histoire de sortir de l'ombre peut-être, deux cobra viennent envenimer le poids de mon sac à dos : un sb910 et son petit frère le sb600. Voilà. Le sac est plein et point trop n'en faut. Une paire de filtres, un doubleur et quelques batteries bouchent les rares trous restant, c'est bien assez. Avec cela, si la photo est ratée, on sait qui blâmer ! 

Tout cela c'est très bien, mais il faut l'utiliser ... et le temps parfois me manque. Je rêve de pouvoir m'exercer, me faire plaisir en entendant le son du déclencheur, de partager mes prises de vue. Les nuits deviennent parfois plus courtes, le sac à dos régulièrement plus lourd, gavé de quelques optiques et d'un boitier. Les week-end prennent même formes autour de projets d'images : je ne lâche pas et continue en trame de fond dans ma vie à faire de la photo.

Tout cela c'est bien, mais j'en veux plus. 

Plus de temps. Plus de sujets, plus de nouveautés, plus de savoir-faire...

  /  Permalink  /  

Koken, mise en place

Nouvelle version du site, avec le plugin Koken, recommandé par l'imprimeur Ooblik.com, avec lequel je travaille.

  /  Permalink  /